Après 4 ans à la maison ou avec mamie, à passer tes journées avec ton petit frère, on a décidé de t’inscrire à la fameuse maternelle 4 ans.

Comme tu n’es jamais allé à la garderie, on avait envie de t’offrir un an à l’école mais dans un contexte plus encadré pour t’aider à t’adapter au côté pas mal plus structuré de la routine scolaire. On t’a demandé si tu avais envie de commencer l’école. Sans trop savoir ce que ça impliquait, tu as dit oui sans hésiter. Tu étais depuis longtemps si impressionné par les gros autobus jaunes.

Papa et moi, on est allé à la rencontre d’information au printemps. On a rencontré l’enseignante, le directeur et on a pu poser toutes nos questions. On a été très rassuré par l’expérience de l’enseignante et l’organisation. En espérant fort avoir une place pour toi, on t’a inscrit. On t’avait aussi inscrit sur des listes d’attente de CPE, sans succès.

Comme on était dans un secteur ciblé par le gouvernement, tu as réussi à avoir ta place. Yeah! Tu as commencé à avoir très hâte! On était juste en mai, fin août paraissait pas mal loin.

Deux semaines avant, on a fait un bricolage pour te permettre de mieux comprendre combien de dodos il restait avant la rentrée. J’avais vu l’idée sur un populaire blogue de mamans. Je t’ai aidé à découper des anneaux et faire une guirlande, qu’on a attaché au dessin d’autobus que mon’oncle Max t’as fait. Chaque matin, en te levant, tu étais impatient de couper l’anneau du jour

 

Le grand jour

Puis est venu le grand jour! J’allais passer une heure à l’école avec toi, pour te familiariser avec l’environnement. Tu as rencontré madame Florence et tes nouveaux amis. Comme tu étais déçu de ne pas prendre l’autobus la première journée! Tu as adoré ton petit moment passé à l’école. Je t’ai aidé à décorer un petit gâteau et on est allé découvrir la petite cour d’école réservée aux 4 ans. Il y avait un beau module de jeux, comme tu les aimes!

Le lendemain, enfin, tu prenais l’autobus. Mamie est venue te voir prendre l’autobus pour la première fois. Comme un grand, tu ne t’es même pas retourné en embarquant, même pas une petite hésitation. Tu as passé une superbe demie-journée avec ta classe puis tu es revenu à la maison.

La semaine suivante, l’intégration s’est poursuivie à un rythme beaucoup trop lent pour toi!

Trois semaines plus tard

Ça fait maintenant trois semaines que l’école est commencée, dont deux semaines à temps plein depuis la fin de l’intégration. Tu aimes tellement ta nouvelle routine. Madame Florence t’apprend plein de comptines, tu joues avec tes amis, tu fais des dessins, de la peinture. Tu prends l’autobus chaque jour, tu dînes avec tes amis, tu manges ton lunch comme si tu avais toujours fait ça. Je suis vraiment fière de te voir t’adapter aussi facilement. Les soirées sont assez difficiles, tu es fatigués de tes journées, mais je sais que ce n’est qu’une question d’habitude.

Ça nous convient, à nous

Tout s’est fait naturellement. Le programme nous convient parfaitement et convient à notre enfant. Il n’y a aucune évaluation, tout est centré sur le développement de l’enfant et le développement de l’autonomie. Thomas est dans un groupe de 12 enfants et l’enseignante a de l’aide des éducatrices du service de garde pendant les heures de classe et lors des transitions pour aider les enfants à s’habiller, par exemple.

Ils n’apprennent pas à lire et ne se font pas bourrer le crâne, contrairement à ce qui circule sur les réseaux sociaux. Probablement que je ne l’aurais pas inscrit s’il avait déjà été dans un CPE. Je ne vois pas la nécessité de retirer un enfant qui a déjà accès a un service éducatif pour simplement le changer de structure. Pour nous, par contre, il s’agissait de la solution parfaite. Il n’a pas besoin d’aller au service de garde, sauf pour le service de dîneur. Il prends l’autobus tous les jours. Ça nous convient qu’il n’y ait pas de camp de jour l’été et nous l’inscrivons au service de garde seulement les journées pédagogiques où il y a des activités qui l’intéresse.

Ils sont plus encadrés et se font plus aider, ce qui me rassure pour l’année prochaine parce qu’il sera déjà habitué à la routine et c’est parfait. Il va être plus autonome et c’est exactement ce qu’on voulait.

Je comprends le débat du manque de ressources et que ce n’était probablement pas une priorité. Cependant, s’il n’y avait pas eu une meilleure accessibilité au service, on n’aurait sûrement pas eu de service pour notre enfant de 4 ans considérant que nous n’avons toujours pas reçu d’appel de CPE.

Photo par Aaron Burden sur Unsplash