Depuis que j’ai des enfants, je suis évidemment plus sensible aux dangers qui les entourent. Et l’un d’eux, eh bien, c’est bien évidemment les voitures. J’ai plusieurs trucs avec eux pour les sensibiliser à l’importance de demeurer près de moi quand on est dans un stationnement, mais un enfant et le danger, c’est comme des aimants qu’on tente de coller par les mêmes pôles: ça ne veut pas coller! Ils ne sont pas conscients de ça, le danger, eux. Ils veulent juste jouer, aller plus vite, aller voir c’est quoi ce bruit qu’ils entendent ou juste voir, tout voir! Alors, j’ai toujours un stress au ventre quand j’installe mes enfants en voiture ou quand on sort, même si ma grande de 5 ans SEMBLE bien comprendre le danger, est bien sensibilisée et respecte EN GÉNÉRAL les consignes. C’est plus fort que moi, j’angoisse.

La fameuse zone scolaire

Depuis bientôt 2 semaines, elle a commencé la maternelle. Chaque matin, je la dépose devant l’école. Chaque matin, je dois la sortir du côté conducteur, donc côté de la rue. Et finalement, chaque matin, j’ai les yeux qui veulent me sortir de la tête quand je vois les gens rouler si vite devant l’école, en pleine zone scolaire, en pleine heure de rentrée. Nous n’avons même pas encore 2 semaines de complétées à cette école que je n’arrive déjà plus à compter le nombre de dangers publics que je croise. Le nombre de fois où j’ai dû klaxonner un adulte visiblement distrait ET roulant définitivement trop vite dans cette zone sensible. Pour tenter d’attirer son attention: “Hey! On est devant une école! Tu fais de la vitesse devant des enfants, là! Et tu ne regardes même pas devant toi, WTF?!”

Un constat qui semble généralisé

Devant le CPE et l’ancienne garderie: même constat. Des écoles primaires voisinent ces garderies et pourtant, trop nombreux encore sont les conducteurs qui ne semblent pas voir dans quelle zone ils se trouvent. Pour l’ancienne garderie, au moins, je croisais quasi chaque matin un policier qui assurait la sécurité dans la zone scolaire. Il était évidemment fort occupé, c’est décourageant et impressionnant à la fois! Mais de toute l’année où mes enfants ont fréquenté le CPE près de la maison, je n’ai jamais croisé un seul policier. Il est tôt encore pour parler de l’école que fréquente maintenant ma cinq ans, mais encore: pas l’ombre d’un policier dans le secteur en heure de pointe scolaire! 

Existe-t-il de vraies solutions?

Je me demande si la sensibilisation est suffisante. Est-ce que les corps policiers, les villes ont les ressources nécessaires pour faire comme la ville de Brossard et offrir un support aux écoliers dans LEUR zone? Suis-je purement malchanceuse et je vis dans un quartier où la présence policière a d’autres priorités que de faire de la surveillance près de nos écoles? 

Sachant que de rouler “que” 10 km/h au delà de la limite permise en zone scolaire augmente de 4 fois le risque d’accident, et que malgré tout, trop nombreux sont ceux qui s’en permettent même plus que cela… Ça fait peur! À Trois-Rivières, en 2016, lors d’une opération de sensibilisation à la vitesse en zone scolaire, ils ont constaté que la MOYENNE de vitesse était de 55 km/h dans une zone de 30! 

Je me questionne aussi sur les outils que la ville a pour faire respecter ces limites. Outre les radars photos qui semblent toujours très efficaces en général (mais qui doivent aussi coûter excessivement chers), qu’y a-t-il? Les affiches souvent très réalistes d’enfant en plein centre de la route semblent avoir un certain effet à Rouyn-Noranda, notamment. Quel autre moyen existe-t-il, en connaissez-vous d’autres, vous? Des dos d’âne? Ça semble bien efficace, généralement. On en voit souvent dans les secteurs résidentiels, souvent quand les résidents se plaignent, par contre. Cependant, j’en vois très peu en zone scolaire. Je serais bien surprise qu’aucune plainte n’ait jamais été faite à ce sujet dans notre secteur, mais je vais devoir vérifier. En espérant que ce soit bien reçu! 

Prévention

À défaut d’avoir le contrôle directement sur ces conducteurs, je peux au moins tenter de faire de la prévention autour de moi. Sur les réseaux sociaux, par exemple. En partageant des publications telle que celle de la SAAQ sur Facebook en août dernier qui rappelait que les amendes pour excès de vitesse en zone scolaire étaient doublées en période scolaire. Ou en partageant l’information concernant nos obligations autour des écoles

Avez-vous d’autres idées de méthodes de sensibilisation, de prévention ou d’action à poser pour la sécurité de nos enfants?

Photo par Guy Basabose sur Unsplash