Étant adepte des couches lavables depuis la naissance de ma 1re il y aura bientôt 5 ans, je me suis surprise un jour à être accusée de «greenwashing» (en français : écoblanchiment). Au début, je pensais qu’on me trouvait bien agaçante de mettre mes belles couches en valeur sur mon enfant, que les gens le voyaient comme une provocation (ce qui n’était évidemment pas le cas!). Je croyais que ça signifiait que je tentais plus ou moins subtilement d’influencer les autres avec mes choix concernant la réduction de mes déchets… Et que ça, c’était mal perçu!

Puis, j’ai poussé la question en bonne technicienne en documentation que je suis! 😉

Ainsi, j’ai appris que ceux qui m’en accusaient pensaient en fait que je me donnais bonne conscience avec les lavables ou que je voulais en donner l’impression, mais qu’en réalité, ça revenait soit au même niveau environnemental, soit pire! Je serais donc pollueuse malgré moi? Je ferais ces efforts de limiter mon apport aux sites d’enfouissement pour rien?!

En lisant les (trop nombreux) commentaires jugements à propos de mes choix en matière d’hygiène pour mes enfants, j’ai fini par tomber sur des études qu’ils avaient apparemment lues et qui prouvaient (selon eux) leur point. Celles qu’on citaient provenaient d’Europe, où la réalité n’est pas la même, où ils n’ont pas l’hydro-électricité, notamment. J’ai donc assez vite été rassurée concernant mes précieuses couches lavables: elles demeuraient encore un choix plus sain pour l’environnement, mais le doute subsistait sur mes autres choix de vie. Parce qu’au fil de mes recherches, j’ai évidemment pris conscience de l’ampleur du phénomène et j’en ai été (et suis encore, d’ailleurs) bien ébranlée. Ainsi, trop nombreuses sont les compagnies que l’on voit tous les jours dans les publicités, mais surtout dans nos maisons, faire de l’écoblanchiment! Ce court reportage de l’émission « Ça vaut le coût » explique bien le phénomène, si ça vous intéresse.

Ce genre d’information a achevé de me convaincre de me tourner vers nos artisans locaux. La plupart ont aussi eu ce dégoût envers les grandes (ou moins grandes!) compagnies qui nous mentent et qui manipulent les mots et leur image pour nous faire croire qu’on consomme «vert» juste parce que c’est écrit «naturel», par exemple. Ils ont donc développé des produits en accord avec leurs valeurs profondes, sécuritaires et sains.

Prenons par exemple Planette produits écologiques. Ils ont conçu une vidéo rigolote et efficace qui explique bien pourquoi ils ont développé la marque, pourquoi, à mon tour, j’ai choisi de leur faire confiance et de faire entrer ces produits chez moi pour remplacer ce que j’utilise depuis trop longtemps et que je pensais plutôt safe. Mais surtout, pourquoi je ne suis plus inquiète quand mon chum oublie de remettre le verrou sur l’armoire de la salle de bain! (Bon ok… Ça m’arrive, moi aussi, il n’est pas toujours fautif! 😉

Malgré mon immense déception concernant ces compagnies en qui j’avais une confiance quasi aveugle, les ayant côtoyées depuis mon tout jeune âge et étant présentes littéralement partout, de mon petit dépanneur du coin au supermarché en passant par la pharmacie, je dois tout de même une fière chandelle à ces gens qui m’ont «brassé la cage» en m’accusant d’écoblanchiment: j’ai ainsi pu découvrir des artisans de chez nous qui partagent mes valeurs, qui ont à cœur (pour vrai!) la santé de ma famille parce qu’ils développent avant tout pour leur famille. Vous vous en doutez, n’est-ce pas?

Isabelle